Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Civilisations antiques, grecques et romaines: actualités et découvertes

Les actualités du monde antique : découvertes archéologiques, parutions d'articles ou de livres expositions, actualités des musées, informations et médias sur les civilisations anciennes, grecques et romaines

Agrippine, sexe, crimes et pouvoir dans la Rome Impériale.

Publié le 22 Août 2015 par Gellius in Actualité lecture

Et si, en cette fin d'été, vous preniez encore le temps de lire un livre d'histoire antique ?

Nous vous proposons de vous attaquer à la biographie et au destin exceptionnel d'Agrippine, racontée de manière très agréable à lire, par la passionnante et sémillante docteur en Histoire, Virginie Girod, spécialiste de la femme dans le monde romain.

Général Germanicus- portrait de 14 /20 ap JC
Général Germanicus- portrait de 14 /20 ap JC

Agrippine fut une redoutable femme de pouvoir, cruelle, manipulatrice, qui a porté son fils Néron au pouvoir, par ambition personnelle . Féministe avant l'heure mais aussi brillante comme nous la présente l'auteur, elle connu toutefois un destin tragique.

Virginie Girod, dans un style littéraire délicieux, nous décrit la vie mouvementée de cette femme remarquable.

Julia Agrippina , dite Agrippine la jeune, est née en 15 après JC à Ara Ubiorium en Germanie (actuelle Cologne). Issue de la puissante dynastie julio-claudienne, petite fille d'Auguste et de Marc Antoine , fille du célèbre général Germanicus , soeur de Caligula, elle eut pourtant une "jeunesse difficile" .

Dès sa naissance , elle suivit son père Germanicus, de camps militaires en camps militaires. A 18 mois, elle entre à Rome pour son Triomphe: Tacite le décrit ainsi : « ce qui ajoutait encore au spectacle, c’était la beauté de Germanicus et son char, sur lequel se trouvaient ses cinq enfants»

Jalousé par le jeune Empereur Tibère , Germanicus est envoyé en Orient pour l'éloigner de ses fidèles troupes de Germanie, et meurt dans des circonstances mystérieuses . Mort naturelle ou assassinat commandité par Tibère? L'Histoire ne le dit pas, même si de fort soupçon pèse sur Tibère, mais perdre son père laisse forcement des traces sur une petite fille de 4 ans.

Après avoir exilé sa mère et ses deux frères sur l’île de Pandataria, Tibère, fit épouser à Agrippine, alors âgée de 13 ans , Cnéus Domitius Ahéonobarbus. Bien qu'issu de la noble famille des Julio-Claudiens, le marié a 45 ans et est réputé pour sa brutalité. Après cet mariage, avouez que pour l’innocence enfantine on repassera !

Après la mort de Tibère, Agrippine donnera naissance à celui qui allait devenir Néron.

En l’absence d’héritier direct de Tibère. C’est Caligula qui devient empereur de Rome à 25 ans. Il rappelle auprès de lui la seule famille qui lui reste, à savoir ses trois sœurs : Agrippine, Drusilla et Livilla.

Si Caligula n’a pas d’héritier, la voie vers la pourpre impériale reste accessible au fils d’Agrippine. Celle-ci n'hésite pas à fomenter un complot contre son frère, dont on connait par les auteurs antiques les extravagances et les excès. Découverte, Agrippine est exilée en janvier 41 sur l’île de Pontia avec sa sœur Livilla, les autres complices furent exécutés.

Un an après, Caligula est assassiné par des membres de sa garde prétorienne, et meurt sans héritier. Ce fut Claude, frère de Germanicus et petit-fils de Marc Antoine, qui fut proclamé empereur.

Dès lors Agrippine pouvait revenir à Rome. Son premier mari étant mort d’hydropisie (oedème généralisé) quelques années plus tôt, il lui fallait vite , en respectable matrone, retrouver un statut de femme mariée et épousa un riche avocat, Crispus Passiénus.

Agrippine la Jeune

Agrippine la Jeune

Claude, représenté en Jupiter
Claude, représenté en Jupiter

Parallèlement, le destin d’Agrippine était lié aux actes de Messaline, la femme de Claude. La réputation de cette dernière n’est plus à faire. Elle pensait faire un coup d’État avec son amant et ainsi prendre le pouvoir, la machination est déjouée, elle est exécutée en 48. Claude se retrouva donc le célibataire le plus convoité de la ville. La "nature" étant bien faite, le second mari d’Agrippine passa l’arme à gauche la même année , Agrippine pouvait donc, également, se remarier…

Claude est l'oncle d'Agrippine , mais qu'importe: elle n’a plus qu’à tout mettre en œuvre pour que Claude adopte son fils Néron en 50 et le déclare seul héritier aux dépens de son fils légitime, le tristement célèbre Britannicus.

Après 6 ans d’un mariage "heureux", Agrippine trompait allègrement son mari avec un riche affranchi impérial dénommé Pallas, proche conseiller de Claude. Alors que les disputes éclataient régulièrement dans le couple, Agrippine estima qu’il était plus que temps pour son fils de régner, surtout que Claude commençait à vouloir laissé son héritage à Britanicus .

Une poêlée de champignons mortels servis à son cher et tendre et le tour était joué. Claude meurt dans la nuit du 13 au 14 octobre 54. On notera que subsiste un léger doute sur la culpabilité d’Agrippine vers laquelle converge le regard des historiens antiques ... .

Néron- portrait du I er siècle ap JC
Néron- portrait du I er siècle ap JC

Néron devenait empereur à 17 ans et Agrippine réalisait enfin son rêve, être impératrice-mère.Toutefois, son fils supporta 5 ans les ordres de cette mère tyrannique qui voulait gouverner à sa place... Excédé, il se décida à l'occire, mais sans déclencher de guerre civile, sa mère étant populaire dans l'armée ...

Rien de tel qu'une petite croisière dans la baie de Naples, organisée par Néron avec un bateau saboté, pour faire croire à un accident. Mais sa coriace mère de 44 ans s'en tira et rentra à la nage ! Néron n'eut d'autre choix que de la faire assassiné par sa garde ...

Pour ajouter au drame, Tacite raconte qu'au Prétorien venu la passer par le glaive , elle se serait écrier : "Ventrem Feri " - Frappe au ventre ! , celui qui a mis au monde cet empereur matricide !

Ce livre nous permet de découvrir une femme romaine qui s’est battue toute sa vie pour se faire une place là où les femmes n’en avaient que peu. Oui ! Il y eut complots, incestes, adultères, meurtres, manigances, mais le véritable tort d’Agrippine est en fait d’avoir enfanté un "monstre" et elle fut jugée, a posteriori, pour cela. Un récit remarquable et captivant !

Merci à Virginie Girod pour ce bon moment à lire son ouvrage : vous pouvez retrouver parler de son livre sur la vidéo ci dessous :

Commenter cet article