Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Civilisations antiques, grecques et romaines: actualités et découvertes

Les actualités du monde antique : découvertes archéologiques, parutions d'articles ou de livres expositions, actualités des musées, informations et médias sur les civilisations anciennes, grecques et romaines

Découverte archéologique : le port gallo-romain de Ratianum (Rezé - 44), sur les bords de la Loire

Publié le 11 Octobre 2011 par Gellius in Découvertes archeologiques

Un quai portuaire antique situé au bord de la Loire, a été  mis à jour cet été  à Rezé, au sud de l’agglomération nantaise.

 

001-fouilles-quai lightbox

Les fouilles 2011 de Rezé : le quai gallo-romain de la fin du Ier siècle - © T. Mezerette / Ville de Rezé

Depuis plus d'une trentaine d'années le site de la cité gallo-romaine de Ratiatum, sur la commune de Rezé, fait l’objet de fouilles archéologiques. Depuis 2005, les fouilles programées, sont menées par un partenariat entre l'INRAP, l'université de Nantes , le CNRS et le service archéologique  de Rezé.

Cette année a permis la découverte d’aménagement de berge et d'un quai monumental de la fin du Ier siècle de notre ère, parfaitement conservé d’une longueur de 150 mètres, constitué d’un assemblage de poutres de chênes , parfois longues de plus de dix mètres et de dalles de pierre. Les poutres ont été abattues précisement en l'an 89 après JC, à la fin du règne de l'empereur Domitien  et ont été découvertes dans un excellent état de conservation.

010-tenon-mortaise lightbox

Détail de l'assemblage par tenon-mortaise entre une poutre verticale et une sabliere horizontale - © Jimmy Mouchard - Université de Nantes 

009-numeros-assemblage lightbox

Exceptionnelle numerotation d'assemblage entre deux poutres n° " XXIII" - © Matéo Monteil . Il s'agit d'un témoignage inédit d’une rigoureuse gestion du chantier de construction. Jusqu’alors, les spécialistes dataient l’apparition de ces « marques de tâcheron » au début du Moyen-Âge.

Fondée sous le règne d’Auguste, entre l’an 20 av. J.-C. et l’an 10 ap. J.-C., Ratiatum a connu un développement rapide lors du Ier siècle de notre ère. Ratiatum était alors la seconde ville des Pictons, après la capitale Limonum (Poitiers). Les fouilles déjà effectuées ont permis d’établir que la ville disposait d’un temple, de thermes publics, de nombreuses habitations, d’entrepôts et de magasins installés le long du port.

Maquette-du-port-antique-de-Reze lightbox

Maquette reconstituant le port de Ratianium (© Art du Petit avec son aimable autorisation)

 

ratiatum-02

Maquette reconstituant le port de Ratianum (© Art du petit avec son aimable autorisation)

ratiatum-03

Maquette reconstituant une rue dans l'arrière port (© Art du petit avec son aimable autorisation)

Les nombreux vestiges archéologiques retrouvés témoignent d'échanges commerciaux intenses avec la mediterranée  (provinces de Syrie, d'Egypte, de Bétique, Bretagne ...) . 

Le port reçoit du vin contenu dans des amphores provenant d'Hispanie et de la province Narbonaise en Gaule du Sud. Les amphores servent également au transport d'huile d’olive, du garum, (sauce condimentaire à base de jus de poisson fermenté), les fruits secs et les olives. Des matériaux de construction tels que la pierre ou le bois arrivent aussi dans ce port. Mais, des produits plus rares comme les meules en lave du pays Arverne, le plomb et l’étain d’Hispanie et de Bretagne sont aussi débarqués à Ratiatum.

dob_gallo_romain_laraire_g.jpg

Parmi les nombreuses trouvailles des fouilles de Rezé, le fameux laraire  de carrefour (autel destiné à protégé la maisonnée et le quartier), datant du début du II ème siècle, qui était probalement encastré dans un mur extérieur des thermes . Il s'agit du seul exemplaire en France de ce type de laraire dans son support mural. Il mêle des symboles de protection et prosperité du culte impérial romain (buste féminin d'un impératrice au centre), avec des symboles tradionelles des laraires  (chien assis, protecteur du foyer, et cochonsymbole de prosperité) et dieux gaulois inconnus. Ce laraire est visible au musée Dobrée à Nantes.

Suite à un ensablement du port suite aux divagations de la Loire, la cité commencera à décliner à partir du IIIème siècle, au profit de Nantes (Portus Namnetum).

 

Pour en savoir plus sur les fouilles à Rezé.

Commenter cet article