Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 février 2013 6 16 /02 /février /2013 01:00

Vient de paraitre, aux éditions Les Belles Lettres ,  l'ouvrage "Torturer à l'Antique", de Guillaume Flamerie de Lachapelle , maître de conférences de langue et littératures latines à l'Université de Bordeaux 3.

totureral-antique.jpg

 

Amputer, bastonner, décapiter, ébouillanter, lapider, scier: les punitions infligées dans l'Antiquité sont parfois (lugubrement) banales, mais les Grecs et les Romains ont aussi su faire preuve d'une grande ingéniosité.

Phalaris, tyran de Sicile, fait rôtir ses victimes dans un taureau de bronze qui transforme les hurlements des malheureux en mugissements désespérés; le Romain Védius Pollion se sert de ses esclaves maladroits comme d'un pâture pour son vivier de murènes.

Quant aux coupables d'adultère, punis à l'aide d'un raifort, d'un poisson ou bien exhibés sur un âne, ils pâtissent de l'imagination des Anciens.

Les châtiments divins sont plus extraordinaires encore: Marsyas est écorché vif par Apollon et Érysichthon, frappé d'une faim insatiable, en est réduit à dévorer ses propres membres.


C'est en une visite guidée de ce petit musée des horreurs que consiste ce livre, à travers plus d'une centaine de textes en traduction, sans négliger cependant d'explorer, derrière d'effrayantes anecdotes, les ressorts profonds qui expliquent la violence de la répression: en somme, pourquoi sévir ?

Pour le commander sur Amazon : cliquez ici 

Repost 0
Published by Gellius - dans Actualité lecture
commenter cet article
19 janvier 2013 6 19 /01 /janvier /2013 17:46

En 2010, dans le cadre d’un chantier d’archéologie préventive de travaux de drainage du site, la plage romaine, déjà minutieusement fouillée dans les années 1980, a livré aux archéologues une découverte rare et exceptionnelle : la toiture et des boiseries intactes d’une villa romaine, soufflée par la coulée pyroclastique lors de l’éruption du Vésuve  en 79 ap. JC.

La charpente, poutres et menuiseries, sont dans un état de conservation exceptionnelle, car elles n’ont pas été carbonisées comme sur le reste du site, mais refroidies dans le sable humide, puis protégées de l’air par les coulées.

Les fouilles ont révélées des poutres jusqu’à 7 mètres de longs, des solives, des chevrons, des panneaux décoratifs, des tuiles… Ces dernières étaient situées sur le sol sous la charpente, ce qui signifie que le souffle de la nuée ardente a arrachée la toiture de la maison, qui a été retournée et projetée sur la plage .

herculanum1

Herculanum - la toiture de la villa de Telephus en cours de fouille, montant l'enchevetrement de poutres et de chevrons, apres le souffle de la nuée ardente - au centre à droite, une porte décorée

La charpente parfaitement conservée montre tout le savoir faire des menuisiers romains, les marques d’outils et les assemblages étant parfaitement visibles. La charpente était assemblée sans clou, par des systèmes de tenons-mortaises et chevilles de bois. Après trois ans de restauration et d’assemblage de 250 pièces de bois , les archéologues ont reconstitué pour la première fois une toiture romaine intacte et complète datant de de 2000 ans .

En retraçant la trajectoire de la toiture, et compte-tenu de la richesse de son plafond et des menuiseries, les archéologues pensent qu’elle recouvrait la très luxueuse  villa dite du bas relief de Telephe, construite une centaine d’années avant l'éruption pour Marcus Nonius Balbus.

Ce dernier est le plus illustre personnage d’Herculanum dont on retrouve plusieurs dédicaces à travers la ville antique. Haute personnalité politique de la fin de la république romaine, préteur et proconsul des provinces de Crêtes et de Cyrénaïque (Lybie actuelle), tribun de la plèbe en 32 avant JC,  il fut également partisan d’Octave pendant les guerres civiles. Octave allait devenir Auguste, premier empereur romain  .

nonius baklbus

Herculanum- Statue et dédicace à Marcus Nonius Balbus, visible sur la terrasse de sa villa 

Cette somptueuse villa, probalement occupée par les descendants de Balbus en 79 ap JC,  comprenait des dizaines de chambres, mais aussi une magnifique terrasse qui offrait une vue à couper le souffle sur la baie de Naples et la plage. Elle disposait également d’une entrée privée vers les thermes construit par Balbus pour la cité.

 

herculanum3 balbus gellius

Herculanum - La cour intérieure de la villa de Balbus (photo Gellius)

Encore visible dans la villa, le bas relief de Telephus,  roi de Mysie et fils d'Hercule qui se fit soigner d'un blessure inguerissable par Achille, sur les conseils de l’oracle de Delphes.

herculanum4 telephus gellius

      Herculanum : bas relief  de Telephus dans la villa de Balbus (photo Gellius)

Associés à la toiture de la villa, des panneaux entiers du plafond ont également été retrouvés en excellent état de conservation, avec de riches  décors de peinture et de feuilles d’or ; ce plafond aux couleurs éclatantes, devait faire écho à la magnifique salle à manger (triclinium) située au dernier étage et renfermant 36 marbres différents de Méditerranée : cette villa était un véritable palais balnéaire de la noblesse romaine. 

 

Enfin une magnifique porte décorée, également construite par des assemblages de bois, a également été découverte en 2010, dans un état de conservation inégalée. Elle aussi est assemblée sans clou, montrant également tout le savoir faire des menuisiers romains.

 herculanum2

 

Porte à décor de la villa de Balbus , découverte en 2010 dans un parfait état de conservation

Cette toiture restaurée  devrait être exposée lors de la grande exposition en préparation pour mars 2013 au Bristih Museum - « Vivre et mourir à Pompeï et Herculanum » - un évènement à ne pas manquer pour tous les amoureux de l'antiquité romaine . Cette exposition, que nous aurons l’occasion de présenter dans ce blog, proposera également de découvrir le résultat des fouilles récentes  de 2011 des égoûts d’Herculanum (voir article).

Repost 0
16 janvier 2013 3 16 /01 /janvier /2013 21:25

Marseille (Massalia dans l'Antiquité) renoue avec ses racines fondatrices en nous offrant une exposition sur le "Tresor des Marseillais", édifié dans le sanctuaire de Delphes en Grèce antique. 

Colonie grecque fondée vers 600 avant J.-C par des Phocéens -(de Phocée, puissante cité grecque d'Asie Mineure), Massalia connaît vite une grande prospérité. Mais en 545 av J.-C., Phocée, la mère patrie est prise par les Perses. Phocée est une métropole déchue.

Marseille, principale ville phocéenne d’Occident la remplace de facto comme métropole de tous les Phocéens, fille vaillante "protégeant désormais sa mère comme ses sœurs » 

Soixante ans après sa création, Massalia la Grecque est donc une puissance qui compte. Les mœurs restent celles des Grecs antiques. Massalia, nouvelle puissance portuaire de méditerranée, qui rivalisera aavec Carthage au V ème siècle avant JC.

Pour bien montrer la puissance et la prospérité de Massilia aux autres cités grecques  , les Massaliètes font édifier  entre -530 avant JC et -500 avant JC , à Delphes sanctuaire panhéllénique , un "Tresor" dédié à la déesse Athena.

Un "Trésor" chez les grecs  était un petit monument, sorte de "chapelle votive", construit à l'occasion d'un événement important ou une victoire . Ces monuments, richement orné,  renfermait les offrandes aux dieux. 

Sur le site de Delphes, de cette époque glorieuse, il ne reste malheureusement que les fondations de ce monument et quelques objets conservés au musée du site.

tresor2.jpg

Vestiges du "Tresor" des Marseillais à Delphes

 

Tresor-de-Marseille.JPG

Tête de Guerrier constituant iun fragment de la frise du Tresor des Marseillais conservée au musée de Delphes

 

Marseille nous propose de redécouvrir ces rares vestiges, le temps de l'exposition, dans  chapelle de la Vieille Charité (hospice du XVII ème siècle qui mérite à lui seul la visite).

AFFICHE-TRESOR-120x176-HD.jpg

 

29 fragments de la frise qui ornait le temple, classés tresor national grec,  sont exposés pour la première fois en dehors de Grèce .

On y découvre aussi grâce à l’imagerie 3D le monument polychrome tel qu’il ressort des travaux des archéologues d’aujourd’hui. Et on découvre, à la fin de la visite, une représentation de la Pythie, cette femme mystérieuse et sacrée qui proférait des oracles aux visiteurs.

 

tresor-des-marseillais-delphes Roche desbottes mulliez gugi

Le tresor des Marseillais reconstitué  en 3 D(copyright Guggi Mulliez)

 

resor_marseillais_delphes_Mulliez_Gugi.jpg

Reconstitution de la frise complète  sur le fronton  monument , à partir des fragments retrouvés (en beige), représentant une bataille d'hoplites contre des amazones (copyright Guggi Mulliez)

 

Video sur les "coulisses de l'exposition" :

 

 

Voir les deux reportages complets d'Eric Diouloufet sur Massalia et  le Tresor des Marseillais : 

 

 

 

Pour en savoir plus

- Commander sur Amazon le DVD de l'exposition " Le Tresor des Marseillais, 500 av JC, l'éclat de Marseille à Delphes": cliquer ici

- Numero Hors serie n° 15 de la revue Archeologia  de Janvier 2013 dédié à l'exposition et disponible dans les kiosques 

- Renseignements pratiques sur l'exposition : cliquer ici 

Repost 0
Published by Gellius - dans Actus des musées
commenter cet article
27 novembre 2012 2 27 /11 /novembre /2012 19:54

France 5 nous propose ce dimanche 2 décembre 2012 à 16 h 50 le deuxième épisode d'une nouvelle émission sur un concept original, produit par Phare Ouest production.

Le Visiteur de l’Histoire plonge pendant trois jours Arnaud Poivre d’Arvor dans un environnement historique entièrement reconstitué. Accompagné par  le journaliste Serge Tignères, docteur en histoire, il abandonne tous les signes distinctifs du monde moderne pour découvrir les mœurs d’une autre époqueaidé en cela par des troupes de reconstitution dont Pax Augusta, association basée à Lyon. 

 

Candide mais érudit, curieux de tout, il part à la rencontre de ceux qui l’entourent en intégrant totalement leur univers et en partageant leur savoir, leurs croyances, leurs façons d’appréhender leur environnement…

 

 camp.jpg

 

Cette fois, le visiteur de l'histoire nous fait découvrir les préparatifs du siège d'Alesia par les armées de Jules Cesar, en 52 avant JC : 

    Le synopsis :  A quelques semaines de l'affrontement entre Cesar et Vercingetorix, les légions de Rome enrôlent des troupes auxilaires parmi les tribus gauloises alliées pour les soutenir dans la terrible bataille à venir. C'est ainsi que le Visiteur incorpore une centurie en route pour Alesia. Les légionnaires escortent Vitruve, l'ingénieur en chef de Cesar. Il achève  les travaux préparatoires au siège de l'oppidum gaulois. Nouvelle recrue au service de son centurion, soumis aux corvées du soldat romain, le Visiteur découvre :

- l'armée romaine, son intendance, sa formidable logistique et organisation, la construction des camps de marche,

- la présence de très nombreux auxiliaires  pour l'essentiel  gaulois  et germains, aux côtés des légionnaires , troupes d'élite et citoyens romains  

-l'équipement des soldats romains, reconstitué notamment à partir des dernières données archéologiques d'Alesia

- la vie quotidienne des soldats et  l'entrainement au combat.

 

 

Extrait : l'arrivée au camp de la légion romaine du visiteur 

 

 

Sur le concept même de l'émission , laissons la parole à ses deuxinventeurs  Serge Tignères et Arnaud Poivre d’Arvor :

 

 

Pour ceux qui l'auraient manqué, la version intégrale du documentaire est visionnable ici : cliquer sur le lien.

Repost 0
22 novembre 2012 4 22 /11 /novembre /2012 23:43

Après les succès du Destin de Rome, mélangeant reconstitution et images de synthèse, Docside et Indigènes production nous propose un nouveau Docu-fiction sur Arte : Au Nom d'Athenes, en deux épisodes de 55 mn , réalisé par Fabrice Houlier,  sur les guerres médiques entre Grecs et Perses, à ne pas manquer ! 

 

aunomd-Athenes.jpg

Les dialogues sont en Grec ancien et en Persan,  sous-titrés en français,  et comme pour le Destin de Rome cela créée une ambiance particulière, bluffante et inédite , qui nous plonge voici 2500 ans au temps des héros athéniens ! Le documentaire a été tourné sous les conseils scientifiques de :

  • Patrice brun professeur d'Histoire Grecque à l'Université de Bordeaux et auteur de l'ouvrage "Marathon" 
  • Dominique Lenfant, professeur d'Histoire Grecque à l'Université de Strasbourg
  • Anton Powell professeur d'Histoire Grecque à l'Université de Swansea (Pays de Galles).

 

- Episode 1  -  Vaincre à Marathon

AuNomDAthenes_32-630x200.jpg

 

Suite à la révolte de l'Ionie, province grecque d'Asie Mineure soumise aux perses, le Grand roi darius  Ier ordonne une expédition destinée à punir les insurgés et leurs alliés et étendre les frontières de son empire. 
Pour Athènes, le péril est grand. Un traître renseigne Darius et rend bientôt le combat inévitable, mais un homme, le général Miltiade veille sur la cité de ses ancêtres.
Il est aidé de Thémistocle, un homme dont la valeur ne demande qu'à s'exprimer. refusant obstinément la sujétion, Athènes est prête à mener l'offensive... 
En 490 av. J.-c., dans la plaine de Marathon, au nom de leur indépendance, de la défense de leur identité et de leurs institutions, les athéniens vont engager un combat terrestre à l'issue incertaine contre les immenses troupes perses de darius Ier.

Arte : Samedi 24 novembre 2012  à 20 h45 - Rediffusion le mercredi 28 novembre à 10 h 30

 

 

 

 

- Episode 2: Divine Salamine

 

Salamine.jpg

Darius Ier veut sa revanche, mais meurt prématurément (-486) sans avoir pu exécuter son projet. Dix ans après la bataille de Marathon, Xerxès, le fils de darius, décide de poursuivre l'œuvre de son père et de se venger des Grecs: il ordonne une expédition militaire d'une ampleur jamais vue. Ses moyens et sa détermination l'autorisent à soulever des forces jusqu'à dix fois supérieures à celles de son père et les travaux entrepris laissent les Grecs stupéfaits. 
Comment pourraient-ils résister à cette incroyable invasion ? C'est sans compter sur Thémistocle : depuis le décès de Miltiade, il a repris le flambeau des défenseurs de la Grèce et tente d'orienter Athènes vers la mer. 
Si cette guerre prend pour théâtre les eaux de Salamine, le combat est susceptible de tourner en leur faveur.  Thémistocle en appelle à l'union de tous les Grecs, au courage des valeureux hoplites, une poignée 
d'hommes face à une immense armée ennemie, au nom de la liberté ! Ce sera la deuxième guerre médique en 480 av. J.-c.

 

 

Arte : Samedi 24 novembre à 21 h 40 - rediffusion mercredi 28 novembre à 11h25.

 

Voir la bande annonce :

 

 

Pour commander le DVD sur Amazon : cliquer ici. 

 

Repost 0
1 novembre 2012 4 01 /11 /novembre /2012 21:35

Le musée de Picardie (Amiens) nous propose une exposition sur un thème antique original : "Le temps au temps des Romains, perception mesure  et instruments", du 27 octobre 2012 au 24 mars 2013 .

 expomuseepicardie

Dans les temps les plus reculés de l’Antiquité, les hommes (Égyptiens, Babyloniens, Chinois, Juifs, Grecs et Romains) ont pris conscience du temps qui passe et tenté de le mesurer. Ils ont mis au point des objets permettant de rythmer la vie : clepsydre, horloge à eau, cadrans solaires et élaboré des calendriers.

 L’exposition proposée repose sur la découverte récente d’un cadran solaire portatif d’époque romaine faite lors des fouilles archéologiques menées à Amiens à l’îlot de la Boucherie et la présence d’un autre cadran antique en laiton découvert à Berteaucourt-les-Dames (Somme).

 

Cadransolaireamiens

expopicardiie

 

Cadran solaire portatif  découvert à Amiens en 2006 sur le site de l’Îlot de la Boucherie.
Dessin, Béatrice Béthune ; infographie, Stéphane Lancelot, Inrap.

 

Ce cadran solaire portatif en os trouvé à Amiens en 2006 est d'une hauteur de 6 cm environ. Unique exemplaire de ce type en Gaule romaine, il était surmonté d'une petite aiguille aujourd'hui disparue au sommet et à la perpendiculaire, dont l'ombre portée permettait de lire l'heure en fonction des mois (graduation verticales). Il est à noter que ce type de cadran solaire, dont seuls quelques exmplaires antiques sont connus, a été couramment utilisé durant tout le moyen age jusqu'au XIX eme siècle ! 

Cadransolaire BerteaucourtlesDamesII-IIIeAPJC

Berteaucourt-les-Dames : Disque en tôle de cuivre gravé provenant d'un cadran solaire portatif gallo-romain 

 (fin II e s. ap. J.-C) - Source : JL MAssy Gallia 1983

Ce cadran solaire, découvert par prospection au sol sur une villa gallo-romaine au début des années 1980, se présente sous la forme d'un disque de cuivre de 10 cm de diamètre environ. Il  avait en son centre une tige verticale aujourd'hui disparue dont l'ombre portée pouvait donner l'heure  (3e disque inter) en fonction des mois (courbes en haut entre le 2e et 3e cercle intérieurs ) et de chacune des provinces romaines indiquées dans le 2e cercle intérieure : exemple en haut à gauche : Britannia, Sarmatia, Dacia ....

Ces deux objets sont véritablement exceptionnels : véritables montres antiques, on n’en connaît que vingt-quatre pour l’ensemble du monde romain, réparties dans les musées européens (britanniques : British Museum et Science Museum de Londres, Museum of History of Science d’oxford ; allemands : Mayence, Trèves… ; italiens : Este ; grecs : Samos…etc.) ou dans les collections privées.

 cadransolaire2oxfordmuseum bratislava250AD

      Cadran solaire portatif découvert à Bratislava , daté de 250 ap JC, exposé au Musée d'histoire de la Science d'Oxford : son fonctionnement est proche du précédent ùais plus sophistiqué : au dos du cadran, il y avait la latitude/ logitude des provinces romaines.

 L’ingénieur romain Vitruve signale de nombreux modèles de ces cadrans solaires portatifs destinés à ceux qui souhaitaient avoir l’heure sur eux et à ceux qui voyageaient. Les exemplaires trouvés lors des fouilles ont permis de confirmer la variété des cadrans antiques, du médaillon de bronze à la petite plaque en laiton, en bronze ou en os ; de l’anneau (Philippes) au médaillon en forme de jambon à suspendre (à Herculanum).

 

cadransolaire enserune

Cadran solaire portatif rustique réalisé dans un tesson de sigillée - Musée archeologique d'Enserune ( Aude) : un simple batonnet placé à la verticale au niveau de l'estampille de la sigillée permettait de donnerr une heure approximative.

Rassembler d’autres exemplaires de cadrans portatifs venus d’Europe, les comparer à des cadrans fixes, les montrer représentés dans l’art antique, montrer les calendriers établis pour rythmer le temps : tout cela va permettre de présenter la première exposition de ce genre en montrant de petits objets qui ne sont parfois jamais sortis des musées où ils sont conservés.

 

cadransolairelouvres

 Cadran solaire du type des "scaphès à œilleton" : Il s'agit d'un cadran en forme de Skyphos (vaiselle) , percé d'un trou dans la partie supérieure . Cet orifice concentrait la lumière par un oeuilleton de bronze aujourdhui disparu, et c'est ce point lumineux à l'intérieur du cadran qui donnait l'heure, à partir des  courbes renseignées en grec : la courbe supérieure correspond au solstice d'hiver ( 25 decembre) et l'inferieure, sur le pourtour, au solstice d'été (24 juin): les onzes courbes en éventail marques les dzoue heures romaines de la journée - Ier-II ème siècle ap JC- Musée du Louvres

 

 

- Renseignements pratiques sur l'exposition : cliquer ici. 

- Autour de l'exposition:

- Conférences :

  • Jeudi 8 novembre 19h : Cycle de conférences : « Les cadrans solaires de l’Antiquité à nos jours » par Denis Savoie, chef du département astronomie et astrophysique du Palais de la Découverte à Paris.
  •  Jeudi 15 novembre 19h : Cycle de conférences : « Le cadran solaire portatif d’Amiens » par Christine Hoët-Van Cauwenberghe, Maître de conférences en Histoire romaine, Université de Lille 3 et Eric Binet, archéologue à Amiens-Métropole.
  • Jeudi 13 décembre 19h : Cycle de conférences par Jérôme Bonnin, Docteur en Archéologie, Université de Lille 3, qui vient de passer sa thèse en avril 2012  sur le thème : "Horologia Romana : recherches archéologiques sur les instruments de mesure du temps à l’époque romaine. Étude typologique, urbanistique et sociale "

- En kiosque : Dossier d'archeologie, de novembre / Decembre 2012 consacré au "Temps  des romains" 

le-temps-des-romains pdt 3676

Au sommaire :

 

Repost 0
Published by Gellius - dans Actus des musées
commenter cet article
29 octobre 2012 1 29 /10 /octobre /2012 13:08

Vient de paraitre : Galien de pergame, un médecin grec à Rome , de Véronique Boudon-Millot (Directrice du laboratoire "Médecine grecque" - CNRS-Université Paris IV La Sorbonne) , aux Editions Belles Lettres.

 

galien.gif

Rarement auteur antique nous a autant parlé de lui, rarement matière autobiographique fut aussi abondante, rarement œuvre fut aussi influente : les textes de Galien ont été traduit en arabe, en arménien et ont voyagé jusqu’à la Chine. De fait la vie du médecin est passionnante. 

Né à Pergame (Turquie atuelle) au début du IIe siècle après J.-C. , Galien fut éduqué par un père qu’il aima beaucoup, si bien que ce n’est qu’à sa mort que Galien se décide à quitter sa ville natale pour rejoindre la grande tradition hippocratique des médecins itinérants. 

Esprit curieux de tout, Galien aime surtout parler de lui: rarement auteur antique ne s'est autant livré. Cette biographie qui prend en compte les découvertes les plus récentes suit l'itinéraire du futur médecin depuis Pergame, où il étudie la philosophie et la médecine auprès des meilleurs maîtres, jusqu'à Smyrne, Corinthe et Alexandrie où il entreprend ses premiers voyages d'études.

Le médecin qui parcourt le monde de la Grèce à l'Egypte en passant par Chypre et la Palestine se voit confier la charge de médecin des gladiateurs à Pergame (157-161 ap JC), avant d'entamer à Rome une brillante carrière. Là, sa notoriété croissante lui attire la haine de ses collègues, qui l'oblige à un exil forcé (166 ap JC), mais lui vaut aussi  le privilège d'être rappelé (à partir de 169 ap JC) et admis au chevet de l'empereur Marc Aurèle et de son fils Commode.

Galien a connu une longévité exceptionelle pour son époque, (la date supposée de sa disparition étant estimée à 216 ap JC, son derbier écrit datant de 207 ), soit à l'age de 87 ans ! 

Témoin privilégié de la société romaine de son temps, Galien nous introduit ainsi dans l'intimité de ses malades, riches et moins riches, et dans le secret de leurs maisons 

 

Un livre passionnant sur la médecine antique, ses patients et aussi sur l'intimité de la société romaine : à lire absolument ! 

 

Pour le commander en ligne sur Amazon : cliquer ici.

Repost 0
Published by Gellius - dans Actualité lecture
commenter cet article
29 septembre 2012 6 29 /09 /septembre /2012 10:37

Le Musée archeologique d'Aquitaine nous offre du 15 septembre 2012 au 17 mars 2013 une très belle exposition sur les Gaulois d'Aquitaine, qui a pour pour ambition de faire la synthèse des connaissances actuelles sur l'âge du Fer dans le Sud-Ouest de la Gaule.

 

Bordeaux-gaulois.jpg

 

Riche de plusieurs centaines d’objets, abordant autant les thèmes de la vie quotidienne, du commerce, de l’armement que celui du prestige des ses élites, des croyances ou de la romanisation, elle rassemble les plus beaux témoinages parvenus jusqu'à nous des peuples qui ont occupé cette partie de la Gaule.
Partez à la rencontre des peuples gaulois d'Aquitaine : Pétrocores, des Nitiobroges et autres Cocosates! Le musée d’Aquitaine invite le public à percer les secrets de la vie quotidienne des peuples qui habitaient l’Aquitaine entre 800 av. J.-C. et le début de la période romaine.
.
Dès son entrée dans l’exposition, le visiteur est confronté aux idées reçues (hutte ronde, casque à ailes...) remontant aux XIX ème siècle,  et qui se retrouvent ensuite contredites au fil de l’exposition par la réalité archéologique. Le parcours muséographique incite le visiteur à s’interroger sur ce qu’il connaît des Gaulois. On découvre un mode de vie relativement élaboré , influencé par les civilisations méditerannéenes et entretenant des relations commerciales avec toute la Gaule et le pourtour meditérannéen .

 

Voir video de l'exposition :

 

 

Le village gaulois et ses artisans 
Au moyen d’une scénographie étonnante, le visiteur pénètre dans un village gaulois par le biais de reconstitutions. Une maison grandeur nature prend place dans la grande salle «Aquitaine». Présentée en «éclaté» et accompagnée de son mobilier, elle permet au visiteur d’en comprendre la construction, l’agencement, et la manière de vivre des Gaulois, avant tout agriculteurs et artisans :
Des ateliers de forgerons et de bronziers, de potier et de verrier, toujours reconstitués, montrent les techniques et les savoirs-faires reconnus dans tout le monde antique des artisans gaulois.
Le travail du bois est illustré par  un facsimilé d’une pirogue gauloise  monoxyle (taillée dans un tronc) découverte dans le lac de Sanguinet est exposé.

 

Les échanges
Plusieurs types d’échanges régionaux ou lointains sont évoqués : la circulation des monnaies, l’importation de produits méditerranéens (vaisselle, amphores) via les fleuves, la circulation du sel entre la côte atlantique et le sud-ouest de la Gaule. Ces échanges sont illustrés par des objets et une carte de répartition. 
Des amphores et de la vaisselle de luxe situent l’Aquitaine dans les circuits économiques d’importation et de redistribution des produits d’origine grecque, étrusque ou romaine. 
Les monnaies gauloises sont, à l’origine, des imitations de monnaies méditerranéennes. Les monnaies pictones, nitiobroges, pétrocores, sotiates, tarbelles et des autres peuples du sud-ouest de la France sont mises en regard 
des monnaies «modèles» (monnaies méditerranéennes, statères d’or de Philippe de Macédoi (père d'Alexandre le Grand) ne, drachme d’Emporion, drachme de Rhodè).

 

Le site archéologique de "Lacoste" : un vilage d'artisans gaulois du II ème siècle avant JC       
Le site de Lacoste, découvert en 1954 , fut fouillé récemment par l'Inrap de manière extensive en 2007-2008, dans la  la petite commune de Mouliets-et-Villemartin en Gironde . C’était une agglomération artisanale qui, au IIIème siècle avant J.-C., rayonnait à l’échelle de sud ouest de la Gaule.  D'une superficie d'environ 30 ha,  les artisans s’y sont regroupés pour mettre en commun leur savoir-faire, et fabriquer des objets à échelle industrielle. Cette agglomération était parfaitement organisée, avec ses lotissements, ses ateliers de forges, où l’on fabriquait des fibules (petits objets) et des pièces d’armement, ses poteries, sa place du marché. On y importait du vin du sud de l’Italie, que l’on échangeait ou que l’on achetait : on ne cultivait pas encore de vigne en Gaule ; ce sont les Romains qui la planteront. Lacoste était le gros "centre commercial" de la région.

 

bordeaux4_lacoste.jpg
Lacoste : outillage et fibule de fer 

 

Rassemblant outillages divers, lingots de fer, monnaies, fibules, bracelets et céramiques, la salle «Lacoste» présente une agglomération de l’âge du Fer, à la fois comptoir marchand, mais aussi village d’artisans bronziers, potiers et forgerons aux contacts des peuples celtes et aquitains. 

 

bordeaux5_lacoste.jpg
. Lacoste : Plastron de cuisrasse en bronze figurant deux guerriers celtes au combat ( photo © P. Ernaux, Inrap)

 

 Voir la video des fouilles du site de Lacoste en 2008 (Inrap) :

 



 

• La parure
La parure est un marqueur culturel important qui différencie les groupes de façon géographique mais aussi chronologique. La caractérisation des deux âges du Fer s’est historiquement faite à partir de l’évolution stylistique des fibules découvertes dans les sites d’Hallstatt et de la Tène. Un large échantillon de ces fibules sera présenté, ainsi que des perles et des fragments de bracelet en verre ou en lignite. Des torques et des bracelets en bronze ainsi que des agrafes de ceinture participent également à la parure des populations gauloises et seront 
aussi proposés au public. 

 

Bordeaux_Tayac.jpg
Le magnifique torque en or du trésor de Tayac, II-Ier siècle ava JC - conservé au musée d'Aquitaine

 

• La guerre
Les peuples gaulois ont une réputation de grands guerriers. La valeur des guerriers gaulois est amplement liée à leur armement et leur connaissance du métal. Casques, épées, pointes de lances et de flèches sont autant de témoignages de l’adresse des forgerons et des bronziers gaulois. L'armement gaulois inspirera considérablement celui des armées romaines. 

 boue_dpt47_casqueIersiecle.jpg

Casque gaulois en fer et bronze de Boe - Lot et Garonne - Ier siècle av JC

 

• La société gauloise
Un ensemble d’objets archéologiques expose la manière de vivre des Gaulois dans leur société: objets de la vie quotidienne (pince à épiler, rasoir, clef, etc.), outils, faisselles, céramiques, pesons (pour métiers à tisser), fusaïoles (rouelles assurant la rotation régulière du fuseau lors du tissage de la laine), etc. 

 

• Les rites funéraires
La présentation des rites funéraires se fera avec des objets du premier âge du Fer. Le matériel trouvé lors de fouilles de nécropoles autour du Bassin d’Arcachon, de la vallée de la Leyre, d’ensembles des Landes et des Pyrénées Atlantiques (Laglorieuse, Ibos, Bougarber, etc.), expose au visiteur les différents types de pratiques funéraires (nécropole, tumulus). Ce matériel se caractérise par du mobilier métallique, des mutilations ou des déformations d’armes, des urnes. 

 

• La fin de l’indépendance gauloise
Le fil chronologique de l’exposition s’arrête sur la bataille d’Uxellodonum, ultime bataille de la Guerre des Gauyles de Jules César, qui marque la fin de l’indépendance gauloise et le début de la romanisation. Une vitrine complète lui est consacrée avec notamment l’exposition d’armes, de balles de frondes, de pointes de balistes, etc. 

 stimulus.jpg

Uxellodunum : Stimulus : piège romain qui était disposé autour des camp : la pointe inférieure du stimulus était plantéedans une buche, placée dans un trou, et dépassant légèrement du sol : il est facile d'imaginier les dégats que cela pouvait causé à un pied de guerrier gaulois ou sabot de cheval...

 

fleche-scorpion.JPG
Uxellodunum : Pointe de flècle de scorpion, retoutable catapulte romaine pouvant tirer avec précision à 200 m  

 

• La romanisation
La romanisation montre l’apparition de traits romains en Aquitaine: nouvelles habitudes alimentaires, architecture de pierre (Bordeaux, Dax), enduits peints et mosaïques (Bordeaux, Périgueux) et premières productions viticoles (Bordeaux, Tarbes, Villeneuve-sur-Lot). 

 

• L’univers spirituel et les croyances
Les Gaulois honorent des dieux divers, aux personnalités et aux fonctions assez floues. Il n’existe pas de mythologie fixe et officielle. Les traces archéologiques de lieux de cultes sont très exceptionnelles. Cette rareté est compensée par la découverte de témoins archéologiques où transparaissent des gestes symboliques. Ce matériel est présent dans l’exposition: des bustes en pierre représentants des divinités ou des ancêtres, des trésors monétaires déposés et enterrés comme offrandes à des divinités, le dépôt d’un puits à Vieille-Toulouse, le contenu de la tombe à char de Boé, etc. 

 bordeaux_tetecalcaireauciseaugaulois_1BC_parkinggrandhotelb.JPG

Tête d'un gaulois moustachu en calcaire découverte au niveau du grand hôtel de Bordeaux - I er siècle avant JC

 

• Les types de sites archéologiques
Un dernier espace est consacré aux types de sites archéologiques à partir d’exemples aquitains : agglomérations (Bordeaux et Villeneuve-sur-Lot), sites fortifiés (Saint-Étienne-de-Lisse, Roquelaure) et nécropole (Pouydesseaux). Le résultat des fouilles de Bordeaux occupent une place de choix dans cette salle. Cet espace recense les découvertes récentes, notamment en matière d’archéologie préventive, et enrichit les connaissances sur l’âge du Fer.

 

- Pour commander en ligne  le catalogue de l'expo : cliquez ici

 

- Autour de l'expo, des conférences de chercheurs renommés, et des animations au musée d'Aquitaine : cliquez ici .
Repost 0
Published by Gellius - dans Actus des musées
commenter cet article
16 septembre 2012 7 16 /09 /septembre /2012 11:42

Au pied de la cathedrale de Strabourg, les fouilles de l'INRAP en cours sur la place du Chateau ont de nouveau mis au jour des vestiges du camp de légionnaires romains d'Argentorate: il s'agit de fragments  de peintures romaines issues qui ornaient l'un des bâtiments du camp.

Le camp de la legion VIII Augusta à Strabourg
 
Ce camp légionnaire a défendu le limes germanique, marquant la frontiere de l'empire romain sur le Rhin, pendant plus de 400 ans.Les premières fortications faites de de terre, bois et plaque de gazon, d'un camp de 6 ha, furent édifiées par la légion II Augusta vers 15 après JC sous Tibère (qui fut ensuite envoyée en garnison en Grande-Bretagne) .
Ensuite la légion VIII Augusta vint s'installer à Argentorate vers 90 après JC, sous Domitien. Elle y édifia des remparts de pierre et un camp "en dur" d'une vingtaine d'hectares . La légion VIII Augusta établit sa garnison à Argentorate pendant plus de 300 ans et contribua à façonner la ville de Strasbourg et la région alsacienne.
2012cDenisGliksman2.jpg
Fragment de tuiles estampillée de la légion VIII Augusta -LEGVIIIAVG-découvert en 2012 avec les fresques (photo © Denis Gliksman,Inrap)
En Gaule romaine, ce camp est la seule garnison permanente de légionnaires romains du Haut empire , avec le camp de Mirebeau sur Bèze (Cote d'Or) , également fondé par la légion VIII Augusta entre 70 et 90 de notre ère .

Situé en plein centre de Strasbourg, les différents aménagements urbains depuis le début du XX ème siècle ont permis d'ouvrir des "fenêtres" archéologiques sur ce camp légionnaire ; des découvertes récentes ( années 1990 et surtout 2008) ont permis  de consolider nos connaissances sur ce camp légionnaire qui hébergeait près de 6000 légionnaires, auxquels pouvaient s'ajouter valets d'armes, artisans, chevaux, mules, boeufs... 

A l'exterieur du camp, le long de la voie principale,  se développa un vilage de civils constitués au début de maisons de bois et torchis (Canabae Legionensis),  où venaient s'installer artisans, commerçants , mais aussi les compagnes de légionnaires, des prostituées, des aubergistes ...attirés par ce nouveau centre de vie économique et le pouvoir d'achats des légionnaires . C'est ainsi que naquit la ville de Strasbourg au bord du Rhin.

 

cartecampargentorate.jpg

Carte du camp de la légion VIII Augusta d'Argentorate, et localisation des principales découvertes archéologiques (établi sous Geoportail- orthophoplan IGN) .

Les fresques de logements d'officiers découvertes en septembre 2012 

En septembre 2012, au fond d'une profonde tranchée, les archéologues ont découvert un vestige rare et fragile  : un morceau de mur en adobe (briques de terre crue séchées à l’air) de 1,10 par 0,70 mètre enduit et peint des deux côtés. Les archéologues ont prélevé les quelques millimètres de chacune des deux couches d’enduit peint. Il s'agit donc de vestige d'une cloison intérieure.

Une des peintures représente des colonnes et un panneau encadrant un personnage debout. L’autre se compose d’une belle guirlande rouge dotée d’un nœud vert . Associé à  ces fresques, six lignes d’inscriptions latines sont présentes sur les dessins (voir ci dessous).

2012cDenisGliksman1.jpg

Une des fresques romaines découvertes à Strasbourg réprésentant un personnage féminin sur la droite au moment de sa decouverte (photo© Heidi Cicutta -Inrap)

D’après les Bernadette Schnitzler, conservatrice du musée archéologique de la ville de Strasbourg, ces fresques du 4 e et dernier style pompéien dateraient du II e siècle de notre ère. Ces fresques ont été réalisées par les peintres professionnels. Dans le palais Rohan, situé au bout de la place, B. Schnitzler présente justement une exposition intitulée « peintures murales romaines en Alsace ».

Par opposition aux baraquements légionnaires dont le confort était plutot spartiate, ces riches fresques ornaient un logement d'officier,  soit les appartements personnels de l’un des six tribuns de la huitième légion, soit le logement d’un des centurions. Ces derniers étaient placés au bout des baraquements où les légionnaires de leur centurie logaient par chambrées de huit (contubernium).

leg8.jpg

Reconstitution de la riche tenue du centurion primipile de la legion VIII Augusta (petit clin d'oeil à mon ami René Cubaynes, président de l'association "Legion VIII Augusta")

Sur une superficie de 50 m les archéologues ont pu dégager deux pièces et un portique débouchant sur un espace ouvert. Ils font partie d'un bâtiment construit en terre et en bois à la fin du Ier siècle de notre ère correspondant à une partie du logement d'officier. 

La succession de sols et la réfection des murs témoignent de l'entretien soigné dont a bénéficié cette demeure. Plus tard, au IIIe siècle, un nouveau bâtiment aux murs beaucoup plus larges la remplace. Il est bordé, à l'extérieur, par une conduite d'adduction d'eau enterrée.
Un canal voûté souterrain est aménagé durant cette période sous l'espace ouvert. Large de 42 cm et haut de 1,20m, cet ouvrage étanche servait certainement à l'évacuation des eaux usées et constitue, à ce jour, le premier tronçon du système d'assainissement du camp romain de la legion VII Augusta d'Artgentorate  découvert in situ.

 

Les fresques , une fois restaurées, devraient rejoindre le musée archéologique de Strasbourg,qui présente déjà au public de nombreux vestiges du camp et du canabae legionensis de la legion VIII Augusta. 

  strasbourgfresque-chateau.jpg

      La même fresque après restauration par le Musée Archéologique de Strasbourg


strasbourg_vestiges.jpg

Une des inscription latine au pied du personnage

Deux graffitis accompagnent ce personnage : Demetrius […] usso et Cassio [salvete bibet, pourrait être traduit par « Démétrios boira » ou « trinquera sainement à toi avec […]ussus et Cassius ». À cette formule répond la deuxième inscription : Demetrius filosopus et caldas (aquas) ol(l)a bibet, qui peut être traduite par « Démétrios le philosophe boira même le bouillon à la marmite », façon sans doute de trinquer sainement. Inscrits par deux mains différentes, les graffitis fonctionneraient comme une réponse du second au premier, ou comme une surenchère. Le peintre n’a peut-être pas voulu figurer le philosophe Démétrios, mais cette représentation inspira ce nom aux deux spectateurs.

S’agirait-il de Démétrios de Phalère ? Ce chef d’État athénien du IVe siècle avant notre ère, éloquent orateur, mourut d’une morsure de serpent lors de son exil en Égypte. Le choix du thème iconographique, le personnage et les inscriptions indiquent en tout cas que le propriétaire des lieux, probalement un officier supérieur de la légion, appartenait à une classe sociale élevée et cultivée.

 

Les baraquements légionnaires découverts en 2008

En 2008, lors des fouilles au 4 rue de la rue brulée, (voir carte ci-dessus), l'INRAP avait déjà mis au jour des baraquements de légionnaires d'une surface de plus de 220 m² et d'une quinzaine de pièces.  La présence de nombreuses pièces de harnachements laisse à penser que le batiment hébergeait cavaliers ou ateliers associés. 

 

670x510_3021_vignette_4100-photo-7814-fichier-Strasbourg-6-.jpg

Reconstitution des baraquements légionnaire de long de la Via Singulairis bordant les remparts ( Dessin ©C. Gaston, Inrap)

670x510_3020_vignette_4097-photo-7814-fichier-Strasbourg-6-.jpg

Reconstitution de détail du barraquement légionnaire découvert en 2008, 4rue de la maison brulée (dessins ©C. Gaston, Inrap)

 

Quelques vestiges de la vie quotidienne de légionnaires découverts lors de ces fouilles : 

4ruebrulee 2008 ©François Schneikert

Dé romain :durant leur rare temps libre, les jeux de dés et les thermes faisaient partie des loisirs préférés des légionnaires (photo © François Schneikert , Inrap)

4ruebrulee_2008_cFrancois_Schneikert2_bouletballiste.jpg

 

Boulets de pierre armant les ballistes (photo©François Schneikert, Inrap)

 

Pour en savoir plus :

 

- Voir la video du chantier 2012 de l'INRAP (© Inrap - Tournez S'il Vous Plaît - 2012)

 

- Voir video sur le camp légionnaire d'Argentorate :

 

- Catalogue de l'exposition de 2010 '" Strasbourg-Argentorate, un camp légionaire sur le Rhin du Ier au IV eme siècle apres JC) : pour le commander sur Amazon, cliquez ici.

-article intégral en ligne sur le canabae legionensis de Strasbourg : les habitats gallo-romains en terre et en bois  de la rue des mesanges à Strasbourg (RAE 2006) : cliquez ici

Repost 0
11 juillet 2012 3 11 /07 /juillet /2012 18:08

Disponible en kiosque , le dossier d'archeologie du mois de juillet 2012 aux éditions Faton : les "forums romains" : un outil indispensable pour comprendre le site complexe des vestiges du forum antique de Rome . 

L5957.jpg

Au sommaire :

  • la gloire des empereus, les forums de Rome de cesar à Trajan
  • le forum romanum, de Cesar à Domitien 
  • les forums dans le tissu et le paysage urbain
  • histoire du site et histoire des forums imperiaux
  • le forume de Cesar et le temple de Venus Genitrix
  • le forum d'Auguste et le temple de Mars
  • les Flaviens et les deux complexes monumentaux dédiés à la paix
  • le forum de Trajan
  • la place des forums dans l'histoire architecturale romaine
  • les marbres des forums impériaux
  • le répertoire décoratif et symbolique des forums impériaux
  • la stérilisation du coeur de l'urbs
  • les forums de Rome et de l'Empire
  • la vie religieuse sur les forums

 

Pour feuilleter le magazine : cliquez ici

Repost 0
Published by Gellius - dans Actualité lecture
commenter cet article

Présentation

  • : Civilisations antiques, grecques et romaines: actualités et découvertes
  • Civilisations antiques, grecques et romaines: actualités et découvertes
  • : Les actualités du monde antique : découvertes archéologiques, parutions d'articles ou de livres expositions, actualités des musées, informations et médias sur les civilisations anciennes, grecques et romaines
  • Contact

Notre sélection de livres

Notre sélection d 'ouvrages sur le monde antique  

Les nouveautés

Civilisation grecque
Civilisations étrusque et italiques
Civilisation romaine
Civilisation gauloise et gallo-romaine
Cuisine antique

 

 

 

Articles Publiés Par Date

   Calendrier romain : Hodies est:

Jeux antiques en ligne

Une selection de jeux gratuits en ligne,  sans téléchargement et en Français,  sur le monde antique grec et romain  :

 

 

wallpaper2 800x600

Gladiatus : Une vie pleine de dangers vous attend dans l`Empire romain : combattez une myriade d`adversaires au cours de vos expéditions, prouvez votre force dans l`arène et bravez les dangers des donjons. Gladiateur, ceux qui vont mourir te saluent!

 

screenshot battlegrepolis

Grepolis : Construisez des villes magnifiques,forgez de puissantes alliances,utilisez le pouvoir des dieux,
partez à la conquête du monde grec antique!

 

 romadoria

Romadoria : Prenez part aux luttes de pouvoir de l’Antiquité romaine avec Romadoria, un nouveau jeu de stratégie . Développez votre cité et étendez votre empire en envoyant vos légions piller les cités ennemies. Affirmez votre emprise commerciale, politique ou militaire et gravez votre nom dans le marbre de l’Histoire.

 

 gladiator

Gladiators:   est un jeu gratuit dans le monde de la Rome antique. Vous êtes en compétition contre d'autres joueurs, vous gérez votre groupe de braves gladiateurs, et participer à différents tournois.