Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 février 2012 1 20 /02 /février /2012 22:18

En 2008, les archéologues allemands ont exhumé les vestiges d’un champ de bataille dans la forêt de Harzhorn, bataille ayant opposé les troupes romaines  et germaniques au début du III ème siècle de notre ère. Le souvenir de cette bataille n’a jamais été signalé par les textes antiques. 

Voir reportage sur la découverte  (en allemand) ci dessus .

Cette découverte est exceptionnelle à plus d’un titre :

-          tout d’abord la localisation du site, dans une zone reculée de la Germanie, que les historiens pensaient désertée par les romains  depuis le désastre de Teutoburg  en 9 après JC où  trois légions et leurs trains de bagages  furent massacrés par les tribus germaines en révolte, marquant un coup d’arrêt à la conquête de la Germanie.

-          Ensuite la découverte d’un champ de bataille antique est exceptionnelle, car ces derniers ne révèlent généralement que peu de  vestiges, l’ensemble des armements et pièces métalliques  ayant généralement été récupérés par les vainqueurs .

Il semble que les profondeurs de Germanie aient fait l’objet, à défaut de conquêtes, d’expéditions punitives :

-          Tout d’abord par Drusus, entre 12 et 11 après JC, pour venger l’humiliation de la bataille de Teutoburg, qui permit la récupération des aigles des légions massacrées

-          Il semblerait que les Romains aient patienté plus de 200 ans avant d’envoyer nouvelle une expédition punitive contre les tribus germaniques  les plus reculées. C’est l’empereur Maximin Ier le Thrace (173-238) qui aurait organisé ce raid en 235, dans le but de "pacifier"  les régions du nord.

Les archéologues allemands ont exhumé les débris de la bataille sur une colline boisée appelée Harzhorn. Elle est localisée en Basse-Saxe, entre les villes de Kalefeld et de Bad Gandersheim, soit à 12 jours de marche de la résidence impériale à Mayence. 

Les archéologues évaluent le champ de bataille à 1 km². Dans ce champ de bataille, ont été retrouvés 1800 artefacts de la bataille, qui permettent d’imaginer le déroulement la bataille.

La présence de vestiges de chariot, de piquet de tentes,  des outils de terrassement... peut laisser supposer que la troupe romaine a été attaquée durant la marche, comme lors de la défaite de Teutoburg, alors que les légions étaient les plus vulnérables.

Christa S Fuchs3

Bataille d'Harzhorn - Eléments de chariot (passe-guide en bronze) - photo © Christa S. Fuchs

Christa S Fuchs4

Bataille d'Harzhorn - piquet en fer de tente de légionnaire (contubernium)  © photo Christa S. Fuchs

Toutefois, les troupes ont pu s’organiser et mettre les pièces d’artillerie romaine  (scorpions et chiroballistes) qui pouvaient tirer précisément à plus de 300 m ,  dont plusieurs centaines de pointes de flèches (de 200 gr) ont été retrouvées .

Christa S Fuchs1

Bataille d'Harzhorn - Pointes de flèches d'artillerie romaine trouvés à plusieurs centaines d'exemplaires © photo Christa S. Fuchs

Des troupes auxilaires, composées d' archers orientaux et de vélites numides (infanterie légère de harcèlement issue d'Afrique du Nord) ont également été mis en œuvre. La répartition des clous de sandales légionnaires retrouvées sur le site laissent penser que ces derniers ont poursuivis les germains jusqu’au sommet de la colline.

Les premières minutes du film Gladiator évoque les premiers instants d' une telle bataille.

423px-Harzhorn_Fund_Pila.jpg 

Hazorn - Deux têtes de pila- photo licence creative common Axel Hindemith

 

cottemaillhazorn.jpg

Fragments d'une cotte de maille découverts  en 2013  après leur découverte:  l'ensemble des fragments retrouvés devrait permettre de reconstituer l'ensemble de la protection individuelle : ce genre de découverte sur un champ de bataille est exceptionnel ce type d'armure était extremement précieux et récupérés après la bataille : comment sont-ils parvenus jusqu'à nous? Cette cotte de maille appartenait à un legionnaire blessé qui s'en est séparé? Toute les hypothèses sont possibles ...

kette.jpg

 

Détail des anneaux de la cotte de maille (Lorica Hamata)  après restauration: des mailles de 6 mm environ,plates et rivetées, constituant une protection individuelle très efficace. photo Christa S. Fuchs.

La nature des vestiges laissent à penser que les légions romaines ont remportées la victoire, bien que non mentionnée par les textes.

Parmi les vestiges retrouvés,  on retrouve des lances germaines décorées, des plaques de ceinturon, des hyposandales , un éperon, les restes d’un cheval tombé dans un trou,  l’extrémité du fourreau d’un glaive typique du III ème siècle, des pièces de monnaies frappés à l’effigie de différents empereurs romains  ( Caracalla : 211-217, Elagabal 218-222, Sévère Alexandre 223-235).

Christa S Fuchs2

Bataille de Harzhorn - extrémité de fourreau de glaive romain © photo Christa S. Fuchs

 

Heiner Muller Elsner

Reconstitution d'une troupe romaine du III eme siècle dans la forêt de Harzhorn - photo Heiner Muller Elsner

Legio3

Légionnaires romains du début du III ème siècle - Dessin de Jonnhy Shumate, avec son aimble autorisation

 

Fin 2011, une dolabra, hache du légionnaire, appartenant à un soldat de la légion IV flavia felix vient d’être découverte.

Harzhorn DPA2

Bataille de Harzhorn - Hache d'un légionnaire (Dolabra) de la  Légion IV Flavia felix -photo DPA)

harzhorn dolabra Th Deuschmann

Photo Th. Deushmann

Au début du III ème siècle cette légion basée en Mésie (province danubienne) à plusieurs milliers de km au sud du champ de bataille .

Toutefois une inscription sur une stèle à de Speyer sur le Rhin moyen datant du début IIIème siècle  , ainsi que cette nouvelle découverte permet d’envisager  qu’un détachement de cette légion fut associée aux expéditions contre les Alamans des empereurs Caracalla (213 ap JC) , Alexandre Severe (235) puis  Thrax maximin (235-236).

Repost 0
2 février 2012 4 02 /02 /février /2012 19:11

Vient de paraitre une ré-édition de l'ouvrage aujourd'hui épuisé de Michel Bouvier "Vin de l'Antiquité" ou l'archéologie experimentale à  la recherche des saveurs d'autrefois. 

41BFHOidCbL._SS500_.jpg

Qui nous redira l'ardeur capiteuse, le bouquet enivrant du Falerne ? Depuis que le vin a été inventé il y a environ 10000 ans, il joue un rôle central dans les sociétés, boisson des rois, boisson des dieux, puis boisson du peuple.

Consommation distinguée en Grèce, brutale chez les barbares du nord, abondante chez les Romains. Les auteurs antiques, Grecs ou Romains, ont relaté l'extrême diversité des crus, issus des différents terroirs, cépages et climats, révélé toutes les méthodes de vinification et de conservation des vins, l'usage des plantes et des aromates, ont même créé un premier vocabulaire de la dégustation, mais aucun vin n'a pu traverser les siècles pour nous faire apprécier ses arômes.

Si l'archéologie et les textes nous apprennent beaucoup de choses sur les vins antiques, comment peut-on retrouver leurs saveurs ? Six auteurs romains (Caton, Varron, Pline, Columelle, Martial et Paladius) nous ont laissé suffisamment d'informations pour nous donner une idée précise des méthodes de production du vin à leur époque. Les connaissant, il suffit de chercher parmi les milliers de vignerons qui exercent leur art dans les pays du bassin méditerranéen, ceux dont les méthodes sont les plus approchantes, voire identiques. Pour le reste, c'est-à-dire les procédés abandonnés de nos jours, seule l'expérimentation peut apporter quelque éclairage.

Dans cet ouvrage, Michel Bouvier, après avoir retrouvé un certain nombre de ces méthodes anciennes et en particulier celles faisant appel à diverses plantes utilisées par les Grecs et les Romains pour protéger, voire améliorer leurs vins, nous décrit un grand nombre d'essais réalisés dans la durée, avec souvent des résultats impressionnants. Aboutissement de longues recherches, ce livre, érudit et très vivant, animé par l'enthousiasme de la découverte, nous rappelle comment l'homme a su, à travers les siècles, préserver, en enrichissant ses connaissances sur le vin, un rapport harmonieux avec la nature.

Biographie de l'auteur

Voici maintenant plus de vingt cinq ans que Michel Bouvier s'est investi dans l'histoire de la vigne et du vin. Il a transformé ce qui était au départ un passe-temps au soleil de Provence (les cuves à vin rupestres du Lubéron), en une véritable passion, puis en une réelle spécialité. Ainsi stimulé par ses découvertes il est devenu archéologue de la vigne et du vin. Il est membre de l'association de reconstution romaine Pax Augusta  de Lyon (voir leur site : http://www.paxaugusta.net/4Viecivile/41cadreoenologie.htm)

 

Pour commander l'ouvrage dans notre sélection amazon, cliquez ici

Repost 0
Published by Gellius - dans Actualité lecture
commenter cet article
24 janvier 2012 2 24 /01 /janvier /2012 04:17

A lire le numero de janvier -février 2012 d'Archeothema sur des expérimentations en grandeur nature d'archéologie navale antique.

2100843359.jpg

Pour feuiller ce numero, cliquer ici .

 

Notamment au sommaire :

  • Hypothèse flottante, réplique et archéologie navale expérimentale, par Éric Rieth

Projet Olympias à la fin des années 80 et début 90 : reconstitution d'une trière athénienne antique, ayant permis , à l'aide de 170 rameurs en 1987 d'atteindre la vitesse de 9 noeuds (17 km/h) et effectuer un demi-tour à 180 ° en moins d'une minute, démontrant la maniabilité et la vélocité de ce navire, tel quel décrites par les auteurs antiques, notamment lors de la bataille de Salamine contre les Perses.

 Olympias1

        Olympias : reconstitution d'une trière athénienne (Vème siècle avant JC)

Olympias2'

 

 

  • La navigation dans l’Antiquité, par Pascal Arnaud

Voyage du Kybele, reconstitution d'une birème phocéenne du VII ème siècle avant JC , ayant rejoint Foça en Turquie (Phocée actuelle) à Massillia (Marseille) en 2009.

2009_05_20_Kybele_bateau.jpg


  • La reconstitution d'un navire de haute mer égyptien par Cheryl A. Ward
Min sailling full sail 4
Reconstitution expérimentale d’un navire égyptien de l’époque de la reine Hatshepsout (1503-1482 av. J.-C.) utilisé pour les expéditions maritimes en mer Rouge au pays de Pount.
Voir extrait d'un documentaire Arte 2009 sur cette expérimentation :

  • Prôtis et Gyptis, répliques de bateaux grecs archaïques du VIe siècle av. J.-C., par Patrice Pomey
Voir la plaquette du projet Protis et Glyptis à Marseille actuellement en cours , qui prévoit la reconstitution et mise à l'eau d'une barque de pêche et d'un navire de commerce dont les épaves ont été découvertes à Massilia

http://www.projetprotis.fr/plaquette_PROTIS.pdf

Un blog du CNRS permet de s'informer en temps réel sur l'avancée du projet : http://protis.hypotheses.org/

  • Maquettes et reconstitutions expérimentales de navires militaires romains, par Christoph Schäfer
Découvertes à Mayence de 11 vestiges bien conservés de patrouilleurs militaires romains datant des III ème et IV ème siècle après JC , découverts en en 1910 :
romanpatrolboats.jpg
Voir le site du musée de la marine marchande antique à Mayence présentant de nombreuses maquettes de navires militaires et civils naviguant sur le Rhin à l'époque romaine :

sedfvf
Reconstitution d'un patrouilleur romain sur la frontière germantique du Rhin 

  • Altaripa, copie d’un chaland gallo-romain
altaripa_y.Andre-copie-1.jpg
Projet Altaripa : reconstitution d'un chaland gallo -romain du IIeme siècle après JC  (photo Y. André)
  • La construction navale gallo-romaine sur le lac de Neuchâtel, entre Méditerranée et Mer du Nord, par Dr. Béat Arnold

Pour commander d'ancien numeros, aller sur Archeothema .

 

Repost 0
Published by Gellius - dans Actualité lecture
commenter cet article
22 janvier 2012 7 22 /01 /janvier /2012 14:54

Après 10 ans de restauration minitieuse par le British Museum , un casque exceptionnel de cavalerie romaine datant du début du haut Empire a été présenté au public le 10 janvier 2012. Ce casque, découvert avec un trésor monétaire, en 2001 dans le Leicestershire, est maintenant exposé au Musée Harborough.

Dans un état de grande fragilité lors de sa découverte, ce casque est daté entre 25 à 50 après JC . Ce casque de fer était recouvert d'une feuille d'argent , avec quelques décorations recouvertes de feuile d'or. Il s'agit d'un des casques les plus ancien trouvé en grande -Bretagne, datant de la période de l'invasion de la Bretagne par l'empereur Claude en 43 après JC.

Cette pièce était de toute évidence une pièce d'un prix très élévé , probablement la propriété d'un officier de haut rang.

La décoration comporte une couronne de fleurs, le symbole d'une victoire militaire, et un un visière comportant un buste féminin entouré d'animaux Les gardes-joues présente un empereur romain à cheval avec la déesse de la Victoire au-dessus et, sous les sabots de son cheval, un guerrier breton.

casque5bm

Le casque après restauration ©Bristish Museum

casque3BM

La visière, décoré d'un buste de femme  ©Bristish Museum

casque1BM

Un garde-joue, décoré d'un empereur à cheval, vainqueur d'un barbare breton©Bristish Museum

casque4bm

Vue de détail de l'empereur à cheval ©Bristish Museum

casque2bm

Reconstitution du casque par Bob Whale ©Bristish Museum

 

Associé à ce casque, un trésor monétaire de 5000 pièces celtes associées à des pièces romaines ont été trouvées ayant permis de dater l'ensemble .

casquehalltre coins 544

Trésor monétaire comprenant de nombreuses pièces d'argent et quelques pièces dor celtes, associées à des deniers romain (pièces d'argent) .

Parmi les raisons qui ont conduit à enfouir un tel trésor plusieurs théories :

- Il aurait pu appartenir à un aristocrate breton de haut-rang ayant servi comme auxilaire dans la cavalerie romaine, ayant entetté ce trésor comme un présent à son retour selon des pratiques religieuses locales

- il pourrait aussi s'agir d'un cadeau diplomatique à des alliés locaux, selon les pratiques romaines , ou encore un butin de guerre de tribus celtes.

Mais nous ne connaitrons jamais les raisons exactes de ce geste ayant permis de conserver pendant 2000 ans ce trésor.

 

Repost 0
22 janvier 2012 7 22 /01 /janvier /2012 14:12

Reportage sur ARTE : La route des amphores 

Où l'on reconstitue la conquête des Gaules en suivant à la trace le vin romain consommé par les futurs vaincus.

125132_fr_image_27667-copie-1.jpg

Avant de conquérir la Méditerranée au début de notre ère, les Romains l’ont dominée commercialement. On retrouve d’énormes quantités d’amphores à vin dans les épaves qui jalonnent les côtes, ainsi qu’un peu partout à terre. En Gaule, pendant le siècle qui a précédé la bataille d’Alésia et la reddition de Vercingétorix, on a calculé que plus de cent millions d’amphores de vingt-cinq litres de vin romain ont été consommées par les Gaulois… C’est ainsi que les archéologues reconstituent la route des amphores, la route de la conquête des Gaules.

"Mondialisation antique"

Ce voyage inattendu commence avec la première fouille archéologique sous-marine du commandant Cousteau au large de Marseille en 1952.Luc Long, archéologue sous-marin spécialiste des épaves méditerranéennes, revient sur cette fouille trente ans plus tard et découvre deux bateaux empilés l’un sur l’autre à un siècle d’intervalle. Les deux navires transportaient du vin, l’un en petite quantité et de provenances diverses, l’autre plusieurs milliers d’amphores identiques à celles de l’actuelle Toscane.

Matthieu Poux, grand spécialiste de la période gallo-romaine, poursuit l’enquête. Il raconte comment les Gaulois se sont imprégnés de la culture de l’envahisseur en adoptant ses goûts et sa façon de vivre.

 

Ecouter la Musique du générique :

 Pour voir un extrait , cliquez ici.

amphores.JPG

Diffusion Arte : 

  • Le 28/01 à 20:45
  • Le 29/01 à 14:00
  • Le 08/02 à 10:45

 

Pour voir l'intégralité de ce doscumentaire en ligne : cliquez ici 

 

Pour le louer ou l'acheter en VOD, voir le site d'Arte.

Repost 0
9 janvier 2012 1 09 /01 /janvier /2012 20:24

Vient de paraitre, la Toge et les Armes, de Patrick Le Roux. 

 

51z7-dUqHZL._SS500_.jpg

Deux symboles de Rome, qui forment aussi deux axes majeurs de la réflexion historique que Patrick Le Roux mène, depuis plus de quarante ans, sur les espaces et les sociétés provinciales de l’Empire romain.

Les trente-neuf études, révisées au besoin, dont quatre inédites, réunies dans ce premier volume de scripta varia, invitent le lecteur à suivre P. Le Roux dans ses enquêtes d’histoires romaines, sur les chemins de la péninsule Ibérique et sur les rivages d’un empire plus que méditerranéen.

Les cinq parties de l’ouvrage dessinent les lignes directrices de la pensée de l’auteur, toujours soucieux de dégager de larges perspectives historiques. La première partie forme une réflexion méthodologique sur le métier d’historien et la pratique de la science épigraphique.

Les deux suivantes sont dévolues au monde militaire, envisagé dans toute la richesse de ses rapports avec le cadre provincial. La quatrième partie place la cité et la notion complexe de « romanisation » au cœur du débat historique.

Enfin, une dernière partie propose des études sur les hommes et les territoires des provinces des Gaules. Le volume comporte également des index et des addenda, qui rendent compte des évolutions de la recherche et témoignent du caractère toujours ouvert des lectures et des interprétations proposées. Ces scripta varia ont pour but de faciliter l’accès des chercheurs, et de tous les lecteurs curieux de l’histoire de Rome, à des travaux qui reflètent à la fois l’ampleur, la profondeur, la cohérence et l’actualité de la réflexion de P. Le Roux.

Au sommaire: 

Sur le métier d’historien

- Rome dans le temps

-Lire Paul Veyne La romanisation en question

-Regarder vers Rome aujourd’hui

-E. Hübner ou le métier d’épigraphiste

-Qu’est-ce qu’un épigraphiste ?

-L’edictum de Paemeiobrigensibus : un document fabriqué ?

-L’empereur romain et la chasse

Soldats et empire

-Les diplômes militaires et l’évolution de l’armée romaine de Claude à Septime Sévère : auxilia, numeri et nationes

-L’amphithéâtre et le soldat sous l’Empire romain

-Le ravitaillement des armées romaines sous l’Empire

-Armées, rhétorique et politique dans l’Empire gallo-romain.

-À propos de l’inscription d’Augsbourg Armées et ordre public dans le monde romain à l’époque impériale

-Soldats et cultes indigènes dans les provinces occidentales au Haut-Empire

-H.-G. Pflaum, l’armée romaine et l’Empire Armées et operae : un état des lieux

- Armées et territoires hispaniques

- Recherches sur les centurions de la legio VII Gemina

-  L’armée de la péninsule Ibérique et la vie économique sous le Haut-Empire romain

-  Le phare, l’architecte et le soldat : l’inscription rupestre de La Corogne (CIL, II, 2559)

-  L’armée romaine dans la péninsule Ibérique sous l’Empire : bilan pour une décennie

- Armées et promotion urbaine en Hispania sous l’Empire Briques et tuiles militaires dans la péninsule Ibérique : problèmes de production et de diffusion

- Armée et société en Hispania sous l’Empire

- Legio VII Gemina (Pia) Felix

- L’armée romaine dans la péninsule Ibérique de Dioclétien à Valentinien (284-375 apr. J.-C.)

- Armées et contrôle des territoires en Aquitaine et en péninsule Ibérique occidentale sous les Julio-Claudiens

- Les inscriptions militaires

Cités et citoyennetés

- Rome ou l’acculturation permanente

- Les cités de l’Empire romain de la mort de Commode au Concile de Nicée

- L’Vrbs, les provinces et l’Empire de César à la mort de Commode.

- Autour de la notion de Capitale

- L’amor patriae dans les cités sous l’Empire romain

  -Peregrini incolae Tribus romaines et cités sous l’Empire.

- Épigraphie et Histoire

Terres et gens des gaules

- Mai 68 en Gaule

- Rome et le monde celtique à la veille de la conquête césarienne

- Sur Toulouse et les Toulousains sous l’Empire romain

- Burdigala et l’organisation de la province romaine d’Aquitaine

- La Bretagne armoricaine et la mer sous l’Empire romain

- L’île de Bretagne et les Gaules au Haut-Empire romain

 

Pour commander l'ouvrage dans notre sélection Amazon : cliquer sur le lien

Repost 0
Published by Gellius - dans Actus des musées
commenter cet article
22 décembre 2011 4 22 /12 /décembre /2011 19:25

Les ex-voto (du latin vovere votum - faire un vœu) présentés au musée Bargoin à Clermont Ferrand ont été découverts à Chamalières lors de la construction d’immeubles résidentiels. Les fouilles de sauvetage, qui ont été menées, entre 1968 et 1971, sur le site de la source des roches,  sanctuaire gallo-romain,  ont entre autres permis d’exhumer près de 10 000 fragments de bois ainsi qu’une tablette de plomb gravée portant un des plus longs textes connus en langue gauloise.

arton10989-5db3a.jpg

Ex-voto de la source des Roches de Chamalières - ©Ville de Clermont-Ferrand

Ces ex-voto, datés entre le Ier siècle avant et le Ier siècle après J.-C., constituent l’ensemble le plus important de sculptures gallo-romaines en bois conservé à ce jour en France. Leur nombre, leur état de conservation exceptionnel (grâce au milieu humide dans lequel ils sont restés enfouis pendant près de vingt siècles), la variété des représentations et leur datation sur une période relativement courte en font une collection de référence ; leur qualité artistique étant par ailleurs remarquable.

Les pèlerins gallo-romains, invoquant les forces divines près d'une source,  venaient déposer dans ce lieu sacré des ex-voto en bois représentant des personnages en pied, des parties de corps, des organes internes, des animaux, etc. La quantité significative d’ex-voto représentant des membres inférieurs laisserait penser que la source était particulièrement réputée pour la guérison de ces parties du corps.

La qualité d’exécution de ces ex-voto est très variable. Cette inégalité témoigne vraisemblablement de différentes productions. Les unes, soignées, certainement réalisées par des marchands-sculpteurs, sont des représentations sculptées sur toutes les faces ; d’autres, plus maladroites, sans doute fabriquées par les pèlerins avec des outils de fortune, sont simplement découpées dans une planche ou exploitent la forme naturelle d’une branche à peine dégrossie.

D’autres formes d’ex-voto, des plaquettes de bois probablement peintes ou inscrites, ont aussi été découvertes sur le site.Plus modestement, les ex-voto peuvent aussi prendre la forme d’offrandes faites par les pèlerins comme des noisettes, des glands ou encore des monnaies.

Après les fouilles, la question de la conservation de ces bois gorgés d’eau s’est imposée de manière urgente. Les ex-voto, faits de matériaux périssables, étaient en danger de destruction et leur stabilisation devait être effectuée rapidement. Ce sont donc près de 1 500 sculptures et plus de 8 000 fragments qui ont été collectés et inventoriés.

Certains ont été restaurés par l’Etat et mis en dépôt au musée Bargoin. Une seconde campagne de restauration a été menée jusqu’en 2006, avec l’aide de l’État.

La salle des ex-voto propose aujourd’hui une nouvelle perception de cette collection. Les objets exposés sont moins nombreux qu’auparavant, mais ils permettent une meilleure appréhension des ex-voto, de leurs similitudes comme de leurs particularités. Leur présentation sera régulièrement renouvelée pour aborder différentes thématiques liées à cette collection unique en Europe.

 



Pour en savoir plus , autre article sur Augustonemetum , Clermont-Ferrand Antique 

Repost 0
Published by Gellius - dans Actus des musées
commenter cet article
14 décembre 2011 3 14 /12 /décembre /2011 22:54

Le musée de Saint Raymond à Toulouse nous présente une exposition intitulée de "l'image et le pouvoir, le siècle des Antonins", du 19 novembre 2011 au 18 mars 2012. 

3117477-4453883.jpg

Les gouvernants d’hier et d’aujourd’hui l’ont bien compris : l’image influence l’opinion. ll faut donc la maîtriser et savoir l’utiliser à son avantage. Les empereurs romains font partie des précurseurs en matière de stratégie de communication politique.

Au moyen de portraits les plus marquants possibles (sculptures en marbre ou en bronze, monnaies portant leur effigie), ils ont su déployer leurs valeurs et leur idéologie. L’impact de ces portraits était tel qu’ils influencèrent tout le peuple romain, notamment en lançant une mode en perpétuelle évolution, celle de la coiffure.

Cette exposition nous présente ces visages - empereurs, impératrices, membres de la famille impériale ou anonymes - en se concentrant sur la période marquant l’apogée de l’Empire romain - le IIe siècle - qui correspond aux règnes de la dynastie des Antonins formée par Trajan, Hadrien, Antonin le Pieux, Marc Aurèle, Lucius Verus et Commode.

Toutes les monnaies et certaines sculptures présentées appartiennent à la collection du musée Saint-Raymond qui conserve le plus grand groupe de portraits romains en marbre découverts en France.

Mais, privilège extraordinaire, le visiteur pourra aussi découvrir des oeuvres rarement prêtées par des musées français et européens (Paris, Rome, Francfort...). Ces oeuvres de comparaison permettent de mieux percevoir la stratégie de communication mise en place par les empereurs romains et surtout de prendre conscience des codifications qu’ils instaurèrent.

Voir le reportage de l'exposition :

 

 

Repost 0
Published by Gellius - dans Actus des musées
commenter cet article
4 décembre 2011 7 04 /12 /décembre /2011 09:27

En juin 2011, s'est ouvert  le très beau musée privé dans le village chargé d'histoire de Mougins (06), dans l'arrière pays cannois, musée installé dans une vaste demeure médiévale.

Ce musée original renferme plus de 700 oeuvres jusque là inaccessibles au grand public. En regard de vestiges archéologiques exceptionnels (égyptien, grecs, italiques et romains) les galeries présentent des oeuvres d'art modernes de grands maîtres (Picasso, Rubens, Toulouse-Lautrec, Chagall, Matisse, Cézanne, Dali, Klein... dont certains ont séjourné à Mougins), et ce dans un contraste saisissant ! 

Le concept du musée est en effet  "comment la beauté du Monde Antique, a influencé l’art néo-classique, moderne et contemporain" . Dans les quatre niveaux, le musée présente notamment :

- au sous sol , "la Crypte" : quelques chefs d'oeuvre de l'art egyptien, de l'Ancien Empire à la période ptolémaïque

musee_mougins2.jpg

La galerie egyptienne - copyright musée de Mougins(avec son aimable autorisation)

- au rez de chaussée, la "galerie des personnages et personalités" présente notamment des oeuvres d'art romain: entre autre , des bustes d' empereurs tels qu' Auguste, Tibère, Claude, Néron, Marc Aurèle ... et une très belle statue imposante de l'empereur Hadrien, une des pièces maitresse du musée.

- au premier étage, les galeries des "dieux et des déesses" et des "coutumes" présentent des objet de la vie quotidienne et de la religion grecques et romaines : statuettes en bronze, bijoux, monnaies, verrerie, argenterie, mosaïques ... voir les photos de la collection en ligne : grecque - romaine

- enfin au deuxième étage, dans la "galerie de l'armurerie" une exceptionnelle collection d'armements antiques : voir les photos de la collection en ligne

  • armements grecs : beaux casques grecs du VII au IV ème siècle avant JC : corinthiens, illyriens, chalcidiens, macedoniens, pilos mais aussi des cnemides, des armures en bronze, boucliers...
  • armements étrusques et italiques : depuis le casque villanovien (age du bronze) aux casques extravagants des étrusques, à ceux des samnites plus sobres (IVeme et III eme siècles avant JC)  ... 
  • armements romains : du IIème siècle avant JC au V eme siècle après JC : du  casque républicain de type montefortino,  casques de parade des cavaliers des II et III ème siècles ap JC, de très beaux casques en bronze entierement étamés, des casques phrygiens du II-IIIème siècles ap JC inspirés des armées d'Alexandre le Grand . Enfin quelques armements offensifs : glaives, pugio, spatha, pilum, plumbata... 

musee_mougins.jpg

La galerie des armes antiques - copyright Musée de Mougins (avec son aimable autorisation)

Ces objets ont été rassemblés pendant de nombreuses années par un passionné d'art antique,  Christian Levett. Cette impresionnante collection d'objets antiques, est ainsi mise à la disposition du grand public dans le musée dirigé par Mark Merrony.

L'archéologue regrettera toutefois que ces magnifiques objets, pour la plupart issus de salles de ventes internationales,   soient déconnectés de leur contexte archéologique et de fait leur provenance inconnue, mais ce musée, par sa richesse artistique et historique, vaut largement le détour !

 mougins1.jpg

 

mougins2

Pour en savoir plus voir le site web du musée :

PastedGraphic-1.jpg

 

 

 

 

Repost 0
Published by Gellius - dans Actus des musées
commenter cet article
1 décembre 2011 4 01 /12 /décembre /2011 22:36

Vient de paraitre : Batellerie gallo-romaine. Pratiques régionales et influences maritimes méditerranéennes, aux éditions Errance/centre Camille Jullien

51PyAnTRXzL._SS500_.jpg

 

Les récentes découvertes d'épaves de barges fluviales gallo- romaines à Arles et à Lyon (place Tolozan et parc Saint- Georges), auxquelles s'ajoutent les épaves de Chalon-sur- Saône, ont non seulement attiré l'attention sur la batellerie fluviale et lacustre gallo-romaine mais aussi porté au premier plan des recherches sur le bassin rhodanien et le Midi de la Gaule jusque-là peu présents ou même totalement absents du débat.

Or les particularités de ces épaves renouvellent fondamentalement le sujet en montrant l'existence d'une tradition régionale Rhône-Saône mettant en lumière des influences maritimes méditerranéennes.

Dès lors, il devenait intéressant de confronter ces recherches sur le bassin fluvial Rhône-Saône et le Midi de la Gaule à celles menées sur l'Europe du Nord qui avaient monopolisé le débat sur la construction navale gallo-romaine. A partir de données provenant de l'arc rhénan (Allemagne, Pays-Bas) et du lac de Neuchâtel (Suisse), ces recherches avaient jusqu'alors mis en évidence l'existence des seuls groupes régionaux rhénan et alpin.

Il est aussi apparu enrichissant d'élargir le sujet de cet ouvrage à d'autres épaves, comme l'épave lagunaire de la Conque des Salins (étang de Thau, Hérault), encore peu connue, et celle du chaland de la Ljubljanica (Slovénie), de découverte plus ancienne, dont les caractéristiques s'inscrivent dans le cadre de la nouvelle problématique définie autour des notions de pratiques régionales et d'influences maritimes méditerranéennes.

C'est, au total, à un renouvellement complet du panorama de la construction navale et de la batellerie gallo- romaine que nous invite cet ouvrage. Richement illustré, il comporte de nombreuses contributions de spécialistes français et étrangers, qui remettent au premier plan les études sur la batellerie antique et montrent l'intérêt d'un domaine trop souvent considéré comme un genre mineur.

 

Lire un autre article sur la barge d'Arles remontée du Rhône en 2011.

Repost 0
Published by Gellius - dans Actualité lecture
commenter cet article

Présentation

  • : Civilisations antiques, grecques et romaines: actualités et découvertes
  • Civilisations antiques, grecques et romaines: actualités et découvertes
  • : Les actualités du monde antique : découvertes archéologiques, parutions d'articles ou de livres expositions, actualités des musées, informations et médias sur les civilisations anciennes, grecques et romaines
  • Contact

Notre sélection de livres

Notre sélection d 'ouvrages sur le monde antique  

Les nouveautés

Civilisation grecque
Civilisations étrusque et italiques
Civilisation romaine
Civilisation gauloise et gallo-romaine
Cuisine antique

 

 

 

Articles Publiés Par Date

   Calendrier romain : Hodies est:

Jeux antiques en ligne

Une selection de jeux gratuits en ligne,  sans téléchargement et en Français,  sur le monde antique grec et romain  :

 

 

wallpaper2 800x600

Gladiatus : Une vie pleine de dangers vous attend dans l`Empire romain : combattez une myriade d`adversaires au cours de vos expéditions, prouvez votre force dans l`arène et bravez les dangers des donjons. Gladiateur, ceux qui vont mourir te saluent!

 

screenshot battlegrepolis

Grepolis : Construisez des villes magnifiques,forgez de puissantes alliances,utilisez le pouvoir des dieux,
partez à la conquête du monde grec antique!

 

 romadoria

Romadoria : Prenez part aux luttes de pouvoir de l’Antiquité romaine avec Romadoria, un nouveau jeu de stratégie . Développez votre cité et étendez votre empire en envoyant vos légions piller les cités ennemies. Affirmez votre emprise commerciale, politique ou militaire et gravez votre nom dans le marbre de l’Histoire.

 

 gladiator

Gladiators:   est un jeu gratuit dans le monde de la Rome antique. Vous êtes en compétition contre d'autres joueurs, vous gérez votre groupe de braves gladiateurs, et participer à différents tournois.